Début Societe La France troque la démocratie contre l’amitié

La France troque la démocratie contre l’amitié

5 minutes lues
0

La France a refusé l’asile à Dounia et Adnane Filali, deux YouTubers marocains qui affirment être persécutés par les autorités marocaines. La justice française justifie ce refus en raison du fait que le couple possède déjà un « passeport de réfugié des Nations Unies et est reconnu en tant que réfugié politique ».

Le couple s’est vu accorder le statut de réfugié politique en 2021 par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés en Chine. Ils sont ensuite arrivés en France « après que leur maison a été attaquée par un agent marocain », a déclaré leur avocate, Olfa Ouled, lors d’une conférence de presse à Paris le 29 mai. La décision de la France de ne pas leur accorder l’asile a été prise le 4 novembre 2021, après que Paris a reçu un rapport de la Direction générale de la sécurité des systèmes d’information (DGSSI) du ministère marocain de la Défense, rapporte El Español.

Après deux années de séjour illégal en France, les deux YouTubers ont entamé une grève de la faim vendredi. « Nous ne nous arrêterons pas tant que nous ne serons pas en sécurité et que nos droits en tant que réfugiés seront respectés », déclarent-ils dans une déclaration. Le couple sollicite l’aide des instances compétentes et des États démocratiques « pour se réinstaller dans un pays sûr qui respecte [leurs] droits en tant que réfugiés politiques, [leur] dignité en tant qu’individus et [leur] liberté d’expression ».

Cette décision de la France est « discriminatoire » et en violation de l’article R-531-7 qui régit le droit d’asile, a déclaré l’Association de défense des droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM) basée à Paris dans un communiqué du 18 avril. Le président de l’association, Said Soughty, présent lors de la conférence de presse de vendredi, a appelé les autorités françaises à agir de manière « complètement indépendante » et à « garantir la protection de leur intégrité physique et morale conformément aux traités internationaux protégeant le droit à la vie et le droit d’asile ».

Adnane et Dounia qualifient les autorités françaises de « complices » des autorités marocaines. « Au lieu d’appliquer la loi et le droit international, la France préfère maintenir ses relations bilatérales avec le Maroc de la manière la plus scandaleuse », affirment-ils. « Nous n’avons pas droit à un avocat, les plaintes sont rejetées après 24 heures, nous n’avons pas de logement décent… et nous n’avons pas le droit de travailler », déclare Dounia, soulignant que la grève de la faim est « le dernier recours » dans la lutte contre l' »oppression insupportable » des autorités françaises.

Charger plus par factomedic
Charger plus dans Societe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

Enfin, un ennemi à la hauteur d’Élisabeth Borne : les punaises de lit à Paris !

La France est aux prises avec des punaises de lit. Surtout à Paris, ces insectes se manife…