Début Societe Emmanuel Macron sur Pétain : « Je ne crois pas à la police de l’histoire »

Emmanuel Macron sur Pétain : « Je ne crois pas à la police de l’histoire »

5 minutes lues
0

Emmanuel Macron a accordé une interview à France 3 Hauts-de-France. Balayant les sujets chauds de l’actualité, il est notamment revenu sur la polémique de ses propos sur le maréchal Pétain.

Au cinquième jour de son « itinérance mémorielle » et avant sa rencontre avec la Première ministre britannique Theresa May vendredi, Emmanuel Macron a accordé une interview à France 3 Hauts-de-France. Balayant plusieurs sujets, le président de la République a notamment été interrogé sur les dernières polémiques comme ses propos sur le maréchal Pétain ou la hausse des prix du carburant. Il a également évoqué la reprise de l’aciérie Ascoval affirmant que le gouvernement ferait tout pour qu’elle soit sauvée. Voici ses principales déclarations.

Propos sur Pétain : aucun hommage individuel

« Je pense que le temps de l’information permanente qui a besoin de polémiques quotidiennes est mal approprié aux sujets mémoriels », a tout d’abord déclaré Emmanuel Macron taclant le traitement médiatique de cette polémique comme il l’avait déjà fait plus tôt dans la journée. Il a ensuite rappelé qu’aucun hommage individuel au maréchal Pétain n’avait jamais été prévu.

Revenant sur ses propos de la veille où il avait qualifié le maréchal Pétain de « grand soldat » pendant la première guerre mondiale, Emmanuel Macron a tenu à préciser sa pensée. « Pétain a été un maréchal, un grand soldat, c’est la vérité historique. Mais il est évident que le même maréchal Pétain héros de 14-18 a été un dirigeant terrible qui a pris des décisions, au nom de l’Etat français, impardonnables », a déclaré le président de la République. « Je ne crois pas à la police de l’histoire, je ne crois pas au manuel d’histoire qu’on biffe », a conclu Emmanuel Macron sur ce sujet.

Hausse du carburant : les cours mondiaux « aux trois quarts » responsables

Sur le carburant et alors que la grogne monte à l’approche d’un appel à bloquer les routes le 17 novembre, Emmanuel Macron a assumé sa politique. « La stratégie du gouvernement est la bonne », a-t-il déclaré, expliquant que la hausse des taxes sur le carburant servirait à financer la transition écologique. Le président de la République a aussi affirmé que la hausse du carburant était due aux « trois quarts » à la hausse des cours mondiaux. Il a d’ailleurs évoqué le fait que les distributeurs se sont engagés ce jeudi à répercuter au jour le jour la baisse des cours du brut sur les prix à la pompe.

Charger plus par factodocteur
Charger plus dans Societe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

Les villes françaises sont maintenant plus chaudes que Mumbai

En raison de la canicule, le code rouge s’applique dans douze départements français …