Début Societe Des crottes britanniques s’échouent sur la côte française

Des crottes britanniques s’échouent sur la côte française

3 minutes lues
0

Une émeute aux airs de France et de Grande-Bretagne. Les Français se plaignent des crottes britanniques qui finissent dans leurs eaux et sur leurs plages. Parce que les Britanniques rejettent des eaux usées non traitées dans les rivières et dans la mer. Et c’est mauvais pour l’environnement, mais aussi pour les nageurs, les pêcheurs et les ostréiculteurs du côté français du canal.

Il a déjà été qualifié de « tempête de merde » par les médias britanniques et français. Parce que dans cette histoire, l’égout joue littéralement le rôle principal.

Trois députés français accusent la Grande-Bretagne de ne pas respecter les accords internationaux sur l’environnement. Les trois ont écrit une lettre à la Commission européenne exigeant des mesures contre la Grande-Bretagne.

Les députés français ont clairement exprimé leur irritation face au déversement d’eaux usées non traitées dans le canal. Le ton est dur: « Nous ne pouvons tolérer que l’environnement, l’activité économique de nos pêcheurs et la santé des citoyens soient mis en danger par des négligences répétées de la part de la Grande-Bretagne dans le traitement des eaux usées. »

« Ce ne sont pas seulement trois eurodéputés », explique Eveline Bijlsma, correspondante à Paris,  » ce sont des politiciens de premier plan qui sont membres du parti au pouvoir du président Macron. La Commission européenne devra se pencher sérieusement sur la plainte française. Les trois estiment que le Royaume-Uni ne peut pas simplement rafistoler les accords conclus avant le Brexit. »

 

Charger plus par factomedic
Charger plus dans Societe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

La mise en place de la gratuité des premiers mètres cubes d’eau par René Revol, Vice-Président de LFI pour l’eau à Montpellier Méditerranée Métropole

L’eau est notre bien commun. Il faut la préserver. Dans le même temps, près de 500 000 per…