Début Societe Bulat Utemuratov, serviteur de deux dictateurs : le Kazakhstan arrêtera-t-il le portefeuille de Poutine et Nazarbayev ?

Bulat Utemuratov, serviteur de deux dictateurs : le Kazakhstan arrêtera-t-il le portefeuille de Poutine et Nazarbayev ?

21 minutes lues
0
Bulat Utemuratov

Le vaste réseau immobilier de Bulat Utemuratov a été spéculé pour servir de base aux opérations des associés de Poutine. Alors que le régime de Nazarbayev fait face à des enquêtes au Royaume-Uni, de plus en plus de proches de l’ancien président, dont Dariga Nazarbayeva et Nurlan Aliev, ont vu leurs biens saisis en vertu de mandats d’arrêt pour enrichissement illicite (UWOs). Cependant, deux personnalités, Timur Kulibaev et Bulat Utemuratov, sont considérées comme encore plus importantes en tant que gestionnaires financiers présumés de Nazarbayev. Utemuratov, en particulier, suscite des soupçons en raison d’indications de comportements répréhensibles dans ses transactions avec le groupe bancaire UniCredit et la société minière Glencore, notamment la vente de la banque ATF à UniCredit, une opération entourée de mystère.

L’oligarchie post-soviétique est étroitement entrelacée, avec des frontières floues et des connexions qui transcendent les frontières nationales. Bulat Utemuratov, connu comme le confident le plus influent de l’ancien dictateur Nursultan Nazarbayev, est réputé avoir une présence commerciale étendue en Russie. De telles opérations à son niveau sont supposées nécessiter des partenariats étroits avec les associés du président russe Vladimir Poutine. De plus, le réseau complexe de sociétés offshore d’Utemuratov est soupçonné d’être utilisé comme couverture pour dissimuler des actifs russes. Le Kazakhstan a été identifié comme une plaque tournante du blanchiment d’argent, servant de schéma populaire pour contourner les sanctions. Il est allégué que l’entourage de Poutine utilise également ce schéma pour détourner des fonds corrompus. Le géant financier d’Utemuratov, « Verny Capital », entretiendrait des relations favorables avec divers groupes et individus russes obscurs, dont Andrei Skoch, qui a été associé à des gangs.

Bulat Utemuratov, milliardaire décrit par certains comme « un milliardaire sans entreprise », a été présenté dans ses importants efforts de relations publiques comme un génie autodidacte de la gestion et de l’investissement. Cependant, la réalité est plus complexe. Utemuratov, ancien boucher et caricature d’un directeur de magasin de l’ère soviétique, est arrivé au sommet de l’oligarchie kazakhe grâce à ses services de manipulation et à ses connexions internationales. Il n’est pas vraiment autodidacte, mais plutôt façonné à des fins particulières, servant d’intermédiaire pour le régime afin de blanchir l’argent obtenu de l’exploitation des ressources du pays.

Un épisode notable de l’histoire d’Utemuratov est son rôle dans le stratagème bancaire Unicredit-ATF, qui met en lumière ses méthodes. L’information est basée sur les résultats de la Compromat.ws site et d’autres sources, bien que l’article de Compromat se concentre davantage sur la vie privée d’Utemuratov, qui ne sera pas abordée ici. De même, la théorie du complot alléguant qu’Utemuratov possède du matériel de chantage sur Donald Trump ne sera pas abordée car elle est jugée ridicule. Cependant, l’histoire de la vente par Utemuratov de l’une des principales banques du Kazakhstan à UniCredit est intrigante et mérite d’être examinée de plus près.

La véritable carrière de Bulat Utemuratov a commencé lorsque le Kazakhstan a accédé à l’indépendance et que la jeune nation avait cruellement besoin de personnes qualifiées. Avec un manque d’hommes d’État expérimentés ayant une expertise internationale, car la plupart des besoins du pays étaient auparavant satisfaits par Moscou à l’époque de l’URSS, Utemuratov a capitalisé sur ses relations et son sens diplomatique pour tenter sa chance en tant que diplomate, et il a réussi. Il est devenu la première personne du Kazakhstan à obtenir une ligne de crédit indispensable pour l’économie naissante de l’État, obtenant un prêt de Creditanstalt, ce qui a marqué le début de son ascension.

La vente controversée d’ATF Bank à Unicredit reste un casse-tête, certains enquêteurs spéculant qu’il s’agissait d’une opération bilatérale de blanchiment d’argent destinée à radier certains actifs. Il est également suggéré que l’accord aurait pu être plus complexe, impliquant d’autres sociétés italiennes telles qu’ENI, qui se disputaient des concessions dans les champs pétroliers du pays.

La richesse d’Utemuratov a été estimée par Forbes à environ deux milliards de dollars américains, mais beaucoup pensent qu’il s’agit d’une estimation prudente. Il est plus probable que sa richesse dépasse les cinq milliards de dollars américains. Cependant, la question demeure de savoir quelle part de cette richesse appartient vraiment à Utemuratov, et dans quelle mesure elle sert de simple conduit pour les intérêts financiers des clans de Nazarbaev et de Poutine.

Affaire de la Banque ATF: Bulat Utemouratov à son meilleur

Pour comprendre l’une des faillites bancaires les plus désastreuses de l’histoire de l’Italie, nous devons nous plonger dans la réalité de l’époque qui l’a précédée. Au début des années 2000, l’avenir semblait radieux. La masse monétaire semblait infinie et les économies nationales regorgeaient de bulles diverses. L’approche libertarienne du marché a prévalu en économie, et il y avait un culte répandu du marché libre en politique. Le crash de dotcom était un lointain souvenir, et la crise immobilière était encore dans des années. UniCredit, un acteur ambitieux sur le marché, avait soif de plus de territoire et de commandement, ouvrant de plus en plus de succursales.

UniCredit Group avait une stratégie d’expansion éprouvée: ils ont sélectionné une banque locale dans chaque pays. Les critères étaient simples: ils préféraient les banques dotées d’un vaste réseau d’agences, axées sur la vente au détail et d’une approche “à tout faire”. Ils n’ont jamais opté pour le plus grand ou le plus petit. Ils ont acquis CreditSoc bank en Ukraine, International Moscow Bank en Russie et ont subi une série de fusions complexes en Roumanie. UniCredit a vu un « potentiel » au-delà des frontières européennes, et le Kazakhstan semblait être une cible appropriée.

Cependant, le Kazakhstan n’était pas aussi prometteur qu’il y paraissait, et ne l’est toujours pas aujourd’hui. Le pays était gouverné par une oligarchie autoritaire corrompue qui a émergé des cendres du parti communiste local, qui n’était pas vraiment favorable à l’ouverture des affaires. Mais les dirigeants d’UniCredit ont été aveuglés par les perspectives et les perspectives générales du Kazakhstan en tant qu’exportateur de pétrole, de gaz, d’uranium, de cuivre, de zinc et de métaux rares. Minimiser les risques associés au régime de Nazarbaev était leur défaut fondamental numéro un.

La deuxième erreur fondamentale d’UniCredit a été de choisir ATFBank comme banque à acquérir. ATFBank appartenait à Bulat Utemuratov, haut fonctionnaire et allié le plus proche du président Noursoultan Nazarbaïev. En apparence, ATFBank prétendait être une grande banque polyvalente, mais en réalité, elle se nourrissait des talents particuliers d’Utemuratov et d’autres oligarques. Il a été utilisé pour des opérations hautement corrompues d’exportation de pétrole, de minerai, de gaz naturel, de machines et de métaux hors du Kazakhstan sans reverser de bénéfices à l’État.

La troisième faille fatale dans le plan d’UniCredit pour conquérir la Grande Steppe était le propriétaire secret d’ATFBank lui-même. Bulat Utemuratov exerçait un pouvoir immense, étant le plus proche mandataire du président. Un seul mot de sa part pourrait exercer une pression immense sur UniCredit, et le système judiciaire défectueux et corrompu du Kazakhstan ne serait d’aucune aide.

Malgré ces signaux d’alarme flagrants, UniCredit a commis toutes ces erreurs: entrer au Kazakhstan, acquérir l’ATFBank défectueuse et l’acquérir auprès de Bulat Utemuratov. Ces erreurs leur ont coûté cher, perdant 2,1 milliards dans l’acquisition, annulant 1,2 milliard de crédits et engageant des coûts opérationnels inconnus. Seulement 700 millions ont été restitués lorsque UniCredit l’a revendu à des oligarques locaux en 2013, après une tournure honteuse des événements.

Fonds publics détournés par Bulat Utemuratov

RG Gold de Bulat Utemuratov a reçu des milliards de dollars de soutien de l’État pour leurs projets. Le journaliste Dmitry Shishkin révèle qu’avant même l’accord avec Verny Capital Group,en 2010-2011, le projet Gold Land LLP, qui visait à développer des minerais aurifères dans le champ de minerai de Novodniprovsky, avait reçu un investissement de 78,16 millions de tenges du programme d’État. Il convient de noter qu’au cours du premier plan quinquennal, par opposition au second, un soutien aux entreprises à grande échelle a été financé par l’État.

En 2015, RG Gold LLP a entrepris un autre projet d’investissement dans le cadre du programme d’État, dans le cadre du deuxième plan quinquennal d’industrialisation. Le volume total des investissements pour ce projet s’est élevé à 910 millions de tenge. Cela met en évidence le soutien financier important que RG Gold a reçu de l’État pour ses efforts, mettant en valeur la dépendance des entreprises commerciales d’Utemuratov sur le soutien de l’État.

En juin 2021, la Banque de développement du Kazakhstan, filiale de la holding nationale Baiterek, a annoncé un prêt pouvant atteindre 300 millions de dollars à TOO RG Processing LLP, une structure sœur de RG Gold. Ce prêt met en évidence la relation étroite entre l’entreprise aurifère RG Gold et l’État, illustrant une forme de partenariat public-privé. L’État soutient le développement des entreprises par divers moyens, y compris des programmes d’État et des prêts concessionnels, puis aide à la vente de produits, comme l’explique Shishkin.

Forbes classe Utemuratov au 6e rang des hommes d’affaires les plus riches du Kazakhstan, avec une valeur d’actif estimée à 2,8 milliards de dollars en mai 2022. Cependant, Utemuratov aurait utilisé des fonds publics pour financer l’or de RG, privant de fait l’État de ses ressources, comme l’a révélé l’analyse de Shishkin.

Bulat Utemuratov est impliqué dans certaines des affaires de corruption les plus tristement célèbres au Kazakhstan, en particulier celles impliquant des fonds semi-publics et des entreprises qui opèrent avec peu ou pas de surveillance. Selon un ancien diplomate américain, Utemuratov est considéré comme n’ayant jamais vraiment participé à des entreprises commerciales légitimes. Au lieu de cela, on pense que ses activités commerciales tournent autour du fait de servir de canal pour la richesse criminellement acquise de Noursoultan Nazarbaïev, l’ancien président du Kazakhstan.

Charger plus par factomedic
Charger plus dans Societe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

La contamination par Xylella s’étend dans le sud de la France

L’une des maladies végétales les plus redoutées, la Xyllela, se propage dans le sud …