Début Economie De plus en plus de grèves frappent la France en colère

De plus en plus de grèves frappent la France en colère

9 minutes lues
0

La hausse de l’inflation en France entraîne une vague d’actions et de grèves. De plus en plus de gens s’inquiètent pour leurs revenus. Et de plus en plus souvent, ils descendent dans la rue ou arrêtent de travailler. Et cette grève porte ses fruits.

Le personnel des aéroports parisiens a démissionné vendredi pour la deuxième fois en une semaine. L’action, qui devait durer jusqu’à dimanche, est intervenue à un moment sensible: ce week-end a commencé l’exode massif des premiers Français qui partent en vacances d’été.

Mais déjà le premier jour de la grève, vendredi, il y avait de la fumée blanche. Il y avait un marché. Le personnel reçoit un salaire de 3%. Les salaires qui ont diminué pendant corona seront également augmentés.

Le succès est contagieux. Cette semaine, les entreprises qui travaillent pour les aéroports parisiens se mettront également en grève.

Les aéroports sont la partie émergée de l’iceberg. Depuis plusieurs mois, toutes sortes d’entreprises, grandes et petites et réparties à travers la France, agissent et cessent. Chaque fois, les exigences salariales en sont la raison.

Depuis avril, des manifestations ont lieu devant la porte de l’avionneur Airbus à Toulouse, dans le sud de la France. En mai, les employés d’une usine de sacs Louis Vuitton dans l’ouest de la France se sont mis au travail. En juin, des chauffeurs de bus sont descendus dans la rue à Béthune.

Lundi dernier, des camionneurs ont bloqué des routes à travers le pays. Mercredi, les chemins de fer français se sont mis en grève, ce qui a entraîné la défaillance de trains dans tout le pays. Cela aussi a été un succès. La compagnie ferroviaire SNCF a promis d’augmenter les salaires de 2,2 à 3,7%.

Le mécontentement est en partie dû à la situation corona et aux confinements de ces dernières années, disent les spécialistes. « De nombreux travailleurs ont le sentiment d’avoir déjà fait de nombreux sacrifices et de ne pas en avoir été récompensés », a déclaré au Monde le sociologue Karl Yon. ,,Cela leur donne un sentiment d’injustice. Et ce sentiment est un moteur majeur de l’action maintenant.’’

Les syndicats organisent maintenant les grèves. « Il y a de grandes inquiétudes dans tout le pays et qui peuvent parfois se transformer en colère si le gouvernement ne fait rien », explique le syndicat CFDT. , »L’inflation n’a pas été aussi élevée en France depuis 1985 et la seule solution est: des salaires plus élevés’, a déclaré la fédération syndicale FO.

L’inflation en France est désormais de 6,5% sur une base annuelle. Les syndicats ont déjà annoncé une grande journée d’action nationale pour après les vacances d’été. Le 29 septembre, les travaux doivent être posés dans tout le pays.

En fin de semaine dernière, le nouveau gouvernement du président Macron a présenté un projet de loi contenant 20 à 25 milliards d’euros de mesures pour corriger la baisse du pouvoir d’achat. Les salaires des fonctionnaires, certains avantages et pensions augmentent. Les prix du gaz et de l’électricité resteront gelés et le rabais sur l’essence sera prolongé.

Au cours des neuf derniers mois, Paris a également dépensé quelque 25 milliards en mesures de pouvoir d’achat. Les dépenses sont remarquables car la Première ministre Elisabeth Borne a déclaré mercredi dernier au Parlement qu’elle ne souhaitait pas augmenter les impôts et qu’elle souhaitait réduire le déficit budgétaire et la dette nationale.

Selon le gouvernement, les plans sont payables, car la croissance économique de l’année dernière a été supérieure aux attentes et les recettes fiscales ont donc été supérieures de 55 milliards.

Critique de Macron

La Cour des comptes critique la politique du gouvernement et les dépenses publiques. Les conseillers s’inquiètent des nombreuses annonces et promesses faites par le président Macron et le Premier ministre Borne.

Grâce aux allégements de charges promis, les recettes publiques seront inférieures de plus de 5,7 milliards cette année au budget prévu par le gouvernement, indique la Cour des comptes. Les dépenses de l’État sont 60 milliards plus élevées que ce que le gouvernement avait initialement annoncé.

Cela a des implications pour les finances publiques. ‘Il sera difficile de ramener le déficit budgétaire en dessous de 3%, comme le gouvernement le dit, et de réduire la dette nationale.’

La Cour des comptes revient également de manière critique sur les cinq premières années de pouvoir de Macron.

Dans les années précédant corona, 2017-2019, le président n’a pas suffisamment utilisé la croissance économique pour remettre de l’ordre dans les finances. « Les dépenses publiques ont à peine été réduites.’ Pendant la pandémie, le déficit budgétaire a explosé. « Il va doubler entre 2017 et 2021.’

Charger plus par factomedic
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

L’Allemagne a mis en œuvre cette loi et a rencontré la pénurie d’œufs, maintenant c’est notre tour

La mise à mort des poussins d’un jour est interdite en France à compter du 1er janvi…