Début Societe Un centre d’accueil ouvert pour des mamans vulnérables

Un centre d’accueil ouvert pour des mamans vulnérables

6 minutes lues
0

Le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri a récemment ouvert deux centres d’accueil pour garantir le confinement de personnes vulnérables. Dont un, dans le 2e, qui s’adresse à des mères avec un jeune enfant et va s’inscrire dans la durée.

Répondre à l’urgence, c’est sa spécialité. En cas de grand froid hivernal, le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri est capable d’ouvrir en deux heures un gymnase avec 120 lits. Ce savoir-faire est précieux dans le contexte actuel. Comment demander, en effet, à des personnes de rester confinées quand elles n’ont pas de chez soi ? Depuis fin mars, l’association a ouvert deux centres d’accueil dans l’urgence.

Le premier, pour des femmes et hommes isolés, dans une résidence étudiante du 5e, mise à disposition par L’Université Catholique de Lyon. Plus récemment, un second établissement de 35 places permet d’accueillir des mères avec leur(s) enfant (s), rue Sala dans le 2e. « Il s’agit d’un bâtiment de l’Institut Notre-Dame de Bon Secours de Lyon qui était auparavant occupé par des religieuses. Les chambres sont équipées d’un lavabo et les sanitaires sont communs. Il y a une cour extérieure. Nous avons pu aménager une vingtaine de chambres sur deux étages, ainsi qu’une tisanerie pour que les occupants puissent réchauffer un repas. Un autre étage va être aménagé mais nécessitera quelques travaux » explique Marion Veziant-Rolland, directrice de l’association.

Pour aménager rapidement cet espace, les salariés de l’association ont été mobilisés et les moyens logistiques détournés de leurs missions habituelles. L’Entreprise des Possibles , ce collectif d’entreprises de la Métropole dont l’objectif est de réintégrer des personnes vulnérables qui n’ont plus de toit décent, a apporté son concours financier. Vulnérable est bien le mot qui convient pour les quelque 17 femmes qui ont déjà emménagé avec leur enfant : « On n’est pas sur un public de personnes sans ressources et sans papiers. Beaucoup sortent de maternité. La plupart ont vécu une séparation à l’issue de laquelle les ennuis peuvent s’enchaîner quand il n’y a pas de soutien amical ou familial » explique Marion Veziant-Rolland.

UN ACCOMPAGNEMENT VERS L’AUTONOMIE ET L’INSERTION

L’objectif est d’ailleurs de pérenniser ce lieu d’accueil (une convention de trois ans a été signée) et d’accompagner ces femmes vers l’insertion et l’autonomie financière et professionnelle : « On cible un public bien identifié par les services sociaux, qui a des besoins pas forcément très longs et une capacité à rebondir souvent impressionnante. Mais il faut donner un coup de main au début. Ce lieu permettra de combiner mode de garde et recherche d’emploi pour faciliter une sortie » poursuit la directrice de l’association Notre-Dame des Sans-Abri.

Cette crise fait ouvrir les yeux sur des réalités qui sont là en permanence : « Ce besoin d’accueillir des mères avec de jeunes enfants est continu. La période est propice à une prise de conscience et on s’en réjouit. Cela permet de mettre autour de la table l’État, la Métropole, les entreprises. C’est intéressant de voir tout le monde se mobiliser ».

Charger plus par factodocteur
Charger plus dans Societe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

La face cachée des Terreaux révélée aux curieux

Refaite à neuf ou presque, la place des Terreaux et ses jeux d’eau à nouveau en action res…