Début Societe Trois juges d’instruction vont désormais enquêter sur les affaires visant Mélenchon et les Insoumis

Trois juges d’instruction vont désormais enquêter sur les affaires visant Mélenchon et les Insoumis

6 minutes lues
0
0
101

Deux informations judiciaires ont été ouvertes contre X, visant les comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle de 2017 et les assistants d’eurodéputés de la France insoumise, annonce vendredi le parquet de Paris. Une décision saluée par le dirigeant politique, qui y voit la fin de « l’arbitraire ».

L’affaire visant Jean-Luc Mélenchon et la France insoumise progresse, avec l’ouverture de deux informations judiciaires annoncée vendredi par le parquet de Paris. Ouvertes contre X, elles portent sur deux volets distincts : les comptes de campagne du candidat insoumis lors de la présidentielle de 2017 et les assistants d’eurodéputés de la France insoumise. La première, notamment pour « escroquerie et tentatives d’escroquerie » ainsi qu' »abus de confiance et recel d’abus de confiance » ; et la seconde, pour « détournement de fonds publics » mais aussi « blanchiment de tous crimes ou délits par dissimulation de l’origine ou du bénéficiaire effectif d’une somme d’argent ».

Ces deux informations ont été confiées à trois juges d’instruction, a-t-on également appris.

Une décision prise « au regard » des éléments rassemblés et de la suite des investigations à mener
Jusque-là, les enquêtes en étaient à leur stade préliminaire, confiées à l’Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales (OCLCIFF). C’est dans ce cadre qu’ont été menées les perquisitions du 16 octobre aux domiciles de Jean-Luc Mélenchon et de plusieurs de ses proches ainsi qu’au siège du mouvement. Un épisode qui avait provoqué la fureur du député de Marseille, dénonçant à la fois une « police politique » et un complot de l’Elysée, en même temps qu’un acharnement des médias contre lui.

Le parquet de Paris justifie dans un communiqué l’ouverture de ces deux informations, « au regard des éléments d’ores et déjà rassemblés et de la complexité des investigations qui restent à réaliser ». Il y a encore trois semaines sur Europe 1, la procureure générale de la cour d’appel de Paris, Catherine Champrenault, expliquait de son côté qu’il serait pour l’heure « disproportionné » d’en arriver jusque-là puisque, selon elle, « nous n’en sommes pas encore aux indices graves et concordants ».

Mélenchon salue un « retour à la normale judiciaire »

Les avocats de la France insoumise avaient pour leur part réclamé le 25 octobre le dessaisissement du parquet de Paris au profit d’un juge d’instruction pour poursuivre ces enquêtes. « Enfin nous revenons à la normale judiciaire. Un juge d’instruction est désigné. Nous sortons des griffes de l’arbitraire dans lequel sont abandonnées 97% des procédures qui passent directement de l’enquête préliminaire au tribunal », a ainsi salué Jean-Luc Mélenchon sur son compte Twitter.

Jeudi, en meeting à Pau, le leader insoumis avait une nouvelle fois dénoncé « des méthodes réservées au terrorisme et au grand banditisme ».

L’enquête préliminaire sur les assistants d’eurodéputés avait été ouverte en 2017 par le parquet de Paris à la suite de signalements de l’eurodéputée frontiste Sophie Montel. Puis celui-ci en avait lancé une deuxième sur les comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon en avril 2018 après deux signalements à la justice, l’un du président de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), l’autre de la cellule française de renseignement financier Tracfin.

Charger plus par factodocteur
Charger plus dans Societe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

Wauquiez fait un lien entre l’ouverture de la PMA et « l’eugénisme » du régime nazi

Devant le mouvement conservateur Sens commun, le président du parti Les Républicains Laure…