Début Societe Ségolène Royal règle ses comptes avec Hollande, Macron et Sarkozy dans son dernier livre

Ségolène Royal règle ses comptes avec Hollande, Macron et Sarkozy dans son dernier livre

9 minutes lues
0
0
90

Ségolène Royal revient sur sa carrière politique dans un livre paru mercredi. L’ancienne ministre de l’Ecologie a des mots très durs pour François Hollande et Emmanuel Macron notamment.

Ségolène Royal règle ses comptes. Dans son nouveau livre, Ce que je peux enfin vous dire, paru mercredi, la candidate socialiste à la présidentielle de 2007 revient sur sa carrière. Elle y parle notamment du machisme en politique, expliquant avoir été motivée par le mouvement #MeToo – « beaucoup [de femmes] m’ont demandé de témoigner ». Mais cet ouvrage est aussi l’occasion pour elle de distribuer quelques tacles. La socialiste égratigne ceux qu’elle a côtoyés ces dernières années : François Hollande, Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy, Nicolas Hulot ou encore Manuel Valls.

« Cruellement trahie » par François Hollande
Ségolène Royal pointe les « erreurs » et la « désinvolture » de François Hollande au cours de son quinquennat. Elle qualifie notamment les hausses d’impôts de « degré zéro de la politique » et tacle la réforme territoriale mise en place sous le président socialiste, « l’une des pires du quinquennat. » Quant à la loi Travail, qui a été très contestée, elle livre un constat sévère : « Pagaille maximum pour efficacité minimum! »

Mais c’est aussi sur le terrain privé que Ségolène Royal attaque François Hollande, son ex-mari, s’estimant avoir été « cruellement trahie avant et pendant la campagne de 2007, pour une femme de dix ans plus jeune, elle-même ensuite trompée pour une femme de dix ans plus jeune ». Elle lui reproche également d’avoir, avec « la direction du PS », « joué [sa] défaite » en 2007. « J’ai mis beaucoup de temps à soigner mes blessures, à m’émanciper de ce fardeau et à me tourner vers un autre futur. C’est pourquoi j’ai décliné la proposition de reprendre la vie commune », indique-t-elle.

Macron et le « mythe de l’homme seul »
Ségolène Royal parle également d’Emmanuel Macron dans son livre. « On m’a parfois comparée à Emmanuel Macron ou à d’autres, comme surgissant au dernier moment. Rien n’est plus inexact! », écrit-elle. « Emmanuel Macron refait les mêmes erreurs » que François Hollande, ajoute-t-elle, en énumérant certaines : « Exercice solitaire du pouvoir », « marque de désinvolture », « addition de réformes sans la moindre évaluation ou réelle concertation ».

Le mythe de l’homme seul, héritier des rois de France et de Napoléon, ne tient pas en démocratie

Elle critique également la posture « jupitérienne » théorisée par Emmanuel Macron, « un concept d’avant. Et même d’avant-avant », le mettant en garde contre « l’exercice solitaire du pouvoir ». « Le mythe de l’homme seul, héritier des rois de France et de Napoléon, ne tient pas en démocratie. Surtout avec 24% des voix au premier tour », tacle l’ancienne ministre.

Elle explique néanmoins qu’elle a poussé courant 2016 pour que François Hollande le nomme Premier ministre. Mais « le carré des hollandais historiques » s’y était opposé et son voeu ne sera jamais exaucé.

L’invitation de Sarkozy à l’Elysée
Ségolène Royal raconte également un épisode marquant qui a suivi sa défaite à la présidentielle de 2007. Invitée par Nicolas Sarkozy à l’Elysée, elle explique que celui-ci lui aurait lancé : « Je voulais voir quelle tête vous feriez en venant dans ce bureau qui aurait pu être le vôtre. »

Les « pas en arrière » de Nicolas Hulot
Ségolène Royal a également des mots durs pour Nicolas Hulot, l’ancien ministre de l’Ecologie. « A mes yeux, chacun de ses pas en arrière l’a affaibli lui-même et surtout a affaibli la position du ministère pour les arbitrages à venir », écrit-elle.

Hulot a disposé d’une marge de manœuvre qu’il a sans doute sous-estimé

Selon elle, l’ex-ministre aurait « disposé d’une marge de manœuvre qu’il a sans doute sous-estimé ». Elle lui reproche notamment d’avoir renouvelé l’autorisation du glyphosate « pour cinq nouvelles années » et de s’être « fait imposer des arbitrages conduisant à remettre en cause l’équilibre du nucléaire ».

Ses rapports tendus avec Manuel Valls
Ségolène Royal raconte aussi ses rapports tendus avec Manuel Valls au gouvernement, auquel elle dit avoir tenu tête à plusieurs reprises : « Il me dit que c’est lui le chef. Je lui réponds que je ne trahirai pas la mission qui est la mienne : protéger l’environnement et la santé publique. » Elle décrit un Manuel Valls n’hésitant pas à la « court-circuiter » sur le dossier du barrage de Sivens ou « perdant ses nerfs » au sujet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

L’ancienne ministre de l’Ecologie raconte aussi les tensions entre Manuel Valls et Emmanuel Macron, quand le second avait dit que la croissance économique était en berne. « Et ta q…e, elle est en berne? », aurait lancé le Premier ministre à son ministre de l’Economie.

Charger plus par factodocteur
Charger plus dans Societe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

Wauquiez fait un lien entre l’ouverture de la PMA et « l’eugénisme » du régime nazi

Devant le mouvement conservateur Sens commun, le président du parti Les Républicains Laure…