Début Societe L’étrange personnalité d’André Arnaud, l’homme qui vivait avec le cadavre de son père à Saint-Quentin

L’étrange personnalité d’André Arnaud, l’homme qui vivait avec le cadavre de son père à Saint-Quentin

8 minutes lues
0
C’est un cousin qui a découvert le deuxième corps dans l’appartement de la rue Saint-André.

Pendant de longues années, André Arnaud a vécu avec le cadavre de son père dans son appartement du centre-ville de Saint-Quentin. Le corps de ce dernier a été découvert quelques jours après le sien. L’homme de 79 ans a gardé cet étrange secret jusqu’au bout d’une vie marquée par la solitude et par une personnalité parfois inquiétante.

André Arnaud est décédé chez lui, le 17 septembre à l’âge de 79 ans, comme il a vécu. Seul. Du moins le pensait-on avant cette semaine. Un cousin, venu ranger l’appartement de la rue Saint-André dans le centre-ville de Saint-Quentin, a découvert un deuxième corps. Celui de Félix Arnaud, le père d’André. Le cadavre momifié se trouvait là «  depuis de longues années  », selon le parquet de Saint-Quentin. «  Une dizaine d’années  », selon une source policière.

Condamné en 2010 dans une affaire sordide

Même si des investigations sont toujours en cours, cette hypothèse d’une dizaine d’années semble peu probable pour Me Abderrazek Khelfat, l’avocat d’André Arnaud. «  En 2010, des perquisitions ont eu lieu dans son appartement. Les policiers l’auraient vu  », avance l’avocat sidéré par cette nouvelle. Lui-même se souvient avoir vu le vieillard alors centenaire à la même époque.

Cette perquisition avait eu lieu dans le cadre d’une sordide affaire pour laquelle le septuagénaire a été condamné en juillet 2010 à cinq ans de prison dont trois avec sursis. L’homme, alors homme à tout faire à la basilique, avait été puni pour des attouchements sur une mineure, 13 ans à l’époque des faits. Les parents sans le sou, mais en toute connaissance de cause, lui confiaient leur enfant pendant une heure ou deux en échange de plusieurs dizaines d’euros. Eux aussi ont été condamnés à deux ans de prison ferme et ont été immédiatement incarcérés.

Un rentier souffrant d’une forme d’autisme et de psychose

André Arnaud est sorti libre du tribunal. Il a purgé sa peine chez lui grâce à un aménagement. Les juges lui ont fait cette fleur en raison de son âge et de son état psychiatrique. Car l’homme avait une personnalité pour le moins troublante. Issu d’une famille de militaires et d’aristocrates profondément catholiques de Neuilly-sur-Seine, il n’a jamais travaillé de sa vie, ou très peu. Il n’en avait d’ailleurs pas besoin, du fait de ses rentes familiales. Pourtant, il est décrit par tous ceux qui l’ont côtoyé comme «  supérieurement intelligent  ». «  Il avait une culture générale extraordinaire  », confirme Me Abderrazek Khelfat.

Après une très courte carrière de militaire, il obtient une thèse en histoire ancienne à la Sorbonne avant d’enseigner au prestigieux prytanée militaire de La Flèche. Là encore, l’expérience sera brève, sa personnalité ne cadre pas. Les experts l’ont décrit comme quelqu’un d’asocial parlant même d’une forme d’autisme et de psychose. «  Il est incapable d’entretenir des relations, il a passé toute sa vie à Saint-Quentin mais ne connaît personne  », avait plaidé son conseil lors du procès en 2010.

« La vie réduite à sa plus simple expression »

Depuis, il n’a plus jamais exercé aucun emploi, vivant dans les propriétés familiales et surtout à Saint-Quentin, où il a longtemps fréquenté la basilique jusqu’à sa condamnation. Sa mère a terminé sa vie dans le canal où elle avait l’habitude de se promener. Lui aussi aimait arpenter le chemin du halage, l’une des rares sorties, avec ses courses, dans le centre-ville. La majeure partie du temps, il restait chez lui dans son appartement. «  C’était un vrai capharnaüm  », se souvient son avocat. «  Il vivait dans une grande solitude, il n’allait pas voir les autres. C’était la vie réduite à sa plus simple expression  », complète-t-il.

Une solitude telle que personne ne s’est inquiété de savoir où était son père. Longtemps, il a dit qu’il vivait avec lui à Saint-Quentin, puis en maison de retraite en région parisienne. Félix Arnaud est officiellement décédé en 2018, à l’âge de 112 ans. En réalité il était mort depuis bien longtemps. Seul son fils le savait.

Charger plus par factodocteur
Charger plus dans Societe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

Record de chaleur en Espagne et en France

L’Espagne et la France sont actuellement frappées par des chaleurs extrêmes. Ces der…