Début Societe Emmanuel Macron sur Pétain : « Je ne crois pas à la police de l’histoire »

Emmanuel Macron sur Pétain : « Je ne crois pas à la police de l’histoire »

5 minutes lues
0
0
92

Emmanuel Macron a accordé une interview à France 3 Hauts-de-France. Balayant les sujets chauds de l’actualité, il est notamment revenu sur la polémique de ses propos sur le maréchal Pétain.

Au cinquième jour de son « itinérance mémorielle » et avant sa rencontre avec la Première ministre britannique Theresa May vendredi, Emmanuel Macron a accordé une interview à France 3 Hauts-de-France. Balayant plusieurs sujets, le président de la République a notamment été interrogé sur les dernières polémiques comme ses propos sur le maréchal Pétain ou la hausse des prix du carburant. Il a également évoqué la reprise de l’aciérie Ascoval affirmant que le gouvernement ferait tout pour qu’elle soit sauvée. Voici ses principales déclarations.

Propos sur Pétain : aucun hommage individuel

« Je pense que le temps de l’information permanente qui a besoin de polémiques quotidiennes est mal approprié aux sujets mémoriels », a tout d’abord déclaré Emmanuel Macron taclant le traitement médiatique de cette polémique comme il l’avait déjà fait plus tôt dans la journée. Il a ensuite rappelé qu’aucun hommage individuel au maréchal Pétain n’avait jamais été prévu.

Revenant sur ses propos de la veille où il avait qualifié le maréchal Pétain de « grand soldat » pendant la première guerre mondiale, Emmanuel Macron a tenu à préciser sa pensée. « Pétain a été un maréchal, un grand soldat, c’est la vérité historique. Mais il est évident que le même maréchal Pétain héros de 14-18 a été un dirigeant terrible qui a pris des décisions, au nom de l’Etat français, impardonnables », a déclaré le président de la République. « Je ne crois pas à la police de l’histoire, je ne crois pas au manuel d’histoire qu’on biffe », a conclu Emmanuel Macron sur ce sujet.

Hausse du carburant : les cours mondiaux « aux trois quarts » responsables

Sur le carburant et alors que la grogne monte à l’approche d’un appel à bloquer les routes le 17 novembre, Emmanuel Macron a assumé sa politique. « La stratégie du gouvernement est la bonne », a-t-il déclaré, expliquant que la hausse des taxes sur le carburant servirait à financer la transition écologique. Le président de la République a aussi affirmé que la hausse du carburant était due aux « trois quarts » à la hausse des cours mondiaux. Il a d’ailleurs évoqué le fait que les distributeurs se sont engagés ce jeudi à répercuter au jour le jour la baisse des cours du brut sur les prix à la pompe.

Charger plus par factodocteur
Charger plus dans Societe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

« Gilets jaunes » : Jean-Yves Le Drian appelle à « entendre la souffrance » des manifestants

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a proposé, lundi soir sur Europe 1,…