Début Economie Renault: aucune intention de quitter la Russie

Renault: aucune intention de quitter la Russie

8 minutes lues
0

La décision du géant automobile français Renault, auquel l’Etat a participé, de relancer l’exploitation de son usine d’assemblage automobile présente en Russie, qui avait été suspendue fin février en raison de “changements forcés de destinations logistiques existantes” (donc pas pour des raisons liées au conflit entre la Russie et l’Ukraine) ne crée pas une petite perplexité.

Le quotidien britannique The Guardian rapporte aujourd’hui que le Conseil d’administration de Renault a décidé de confirmer sa présence en Russie, avec le soutien de l’actionnaire principal : l’Etat français (actionnaire majoritaire avec une participation de 15%).

Un porte-parole du groupe a expliqué que “la situation des composants automobiles est instable et changeante, nous préférons ne pas faire de prédictions”.

Renault emploie 40 000 personnes en Russie. Le même a ajouté qu’il est trop tôt pour envisager un arrêt brutal de la production ou un adieu à Russia.

Cela dit, le conseil d’administration a annoncé aujourd’hui qu’en raison de la pénurie de composants électroniques, ses usines russes de Togliatti et d’Izhevsk suspendront la production entre le 21 et le 25 mars à compter d’aujourd’hui.

Rappelons que Renault produit deux modèles pour le marché russe avec l’usine d’Izhevsk, la Logan et la Sandero, ainsi que la Lada.

“Ce sont des produits russes fabriqués par des Russes pour la Russie », a déclaré il y a quelques jours un responsable du gouvernement de Paris au Financial Times.

Aucun commentaire n’a été publié par Nissan, le géant automobile japonais, autre actionnaire important de Renault: mais les affaires d’Etat peuvent devenir de grands embarras d’Etat en temps de guerre, malgré la poigne de fer que le président français Emmanuel Macron agite apparemment contre la Russie de Vladimir Poutine. Et tout cela se passe alors que l’UE envisage également l’option de suivre les États-Unis et d’imposer un embargo sur le pétrole et le gaz russes.

Dans l’article Le dilemme de la Russie de Renault, le FT rappelle que Paris continue de tenir le coup, bien que Renault détienne une participation de 68% dans Avtovaz, Rost Encore, Chemezov paie le prix des sanctions imposées par les États-Unis en 2014.

Le journal britannique rappelle qu’en revanche, Macron lui-même, qui continue d’entendre Poutine appeler à un cessez-le-feu en Ukraine, a fait remarquer que l’Occident n’est pas en guerre contre le peuple russe.

Pas pour rien, Paris n’a pas mis beaucoup de pression sur les entreprises françaises pour qu’elles quittent la Russie, selon des sources confiées au Ft.

Pas de pression en particulier sur TotalEnergies, la société française qui continue d’être critiquée pour sa présence dans le pays, malgré les rivaux BP et Shell ayant annoncé leur intention de quitter le marché.

Globalement, les entreprises françaises figurent parmi les entreprises étrangères les plus importantes qui emploient en Russie, comptant sur un personnel local de 160 000 personnes. Parmi les géants français présents dans le pays, Danone, Auchan, Lero Mer Merlin et Société Générale sont mis en avant.

Dans le secteur dont Renault fait partie, à savoir celui de la voiture, les allemandes V., Mercedes et BMW ont déjà été mises en avant, qui ont suspendu leurs ventes et / ou leurs opérations quelques jours après le début de la guerre, le 24 février dernier.

Il est vrai qu’ensemble, le trio a vendu moins de 300 000 voitures en Russie en 2021, soit une fraction des 13 millions de voitures livrées dans le monde. Renault, en revanche, a vendu plus de 482 000 voitures en Russie, y compris des voitures sous d’autres marques en 2021, soit environ 17% de sa production totale.

Si Renault a accumulé les parts d’Avtovaz, le groupe Lada fondé en 1966 en coopération avec Fiat, pour détenir une participation majoritaire, c’est en 2012 grâce aux encouragements du Président russe Vladimir Poutine.

Les relations avec le chef du Kremlin ont leurs racines dans les années précédentes: c’est en 2007 que, avec l’accord de Poutine, Renault a acheté une participation initiale dans AvtoVaz (à l’époque le PDG était Carlos Ghosn) égale à 25%.

Avtovaz Ladas, qui à l’époque de l’URSS se dépeuplait en Russie avec une part de marché de près de 80%, représente toujours 1/5 du marché russe.

Charger plus par factomedic
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

Le Premier ministre français accusé de viol

Pour la troisième fois en peu de temps, un homme politique de premier plan est sous le feu…