Début Economie Les trains de nuit pourraient faire leur retour à l’horizon 2030

Les trains de nuit pourraient faire leur retour à l’horizon 2030

4 minutes lues
0

Un rapport sur les Intercités de nuit sera bientôt présenté aux parlementaires. Entre 2025 et 2030, Lyon pourrait être concerné par deux lignes : Tours-Lyon et Dijon-Marseille.

Cela fait près de dix ans qu’un train de nuit n’a pas circulé à Lyon. Les nostalgiques se souviennent du Genève-Lyon-Irun, qui permettait d’aller jusqu’au Pays Basque espagnol, vu pour la dernière fois fin 2012 ou du Lyon-Quimper, dont les derniers wagons ont été aperçus fin 2010.

Dans l’air du temps, le train de nuit devrait faire son retour dans la Capitale des Gaules au cours de la décennie. Alors que de rares lignes existent encore (Paris-Briançon et Paris-Rodez/Latour-de-Carol dans les Pyrénées-Orientales via Toulouse), que d’autres vont voir le jour en 2021 (Paris-Nice en avril et Paris-Tarbes en décembre), nos confrères du Parisien révèlent qu’un rapport sur les Intercités de nuit devrait être présenté prochainement aux parlementaires.

Quatre grands corridors entre 2025 et 2030

Le secrétaire d’État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari souhaite ainsi que le réseau de nuit Intercités soit doté d’une « dizaine de lignes » à l’horizon 2030. Dans ce rapport, quatre grands corridors dont deux peuvent concerner Lyon : Tours-Lyon via l’Île-de-France (6 h 50) et Dijon-Marseille (6 h). Les deux autres sont Bordeaux-Marseille et Paris-Toulouse.

Les grands axes sont définis mais il reste à affiner les gares d’arrivée et de départ alors que la rénovation des voitures est en cours au technicentre de Périgueux. Pour Tours-Lyon, « il ne serait pas idiot de partir de Bretagne (Rennes ou Brest, NDLR) et de poursuivre au-delà de Lyon (Annecy, NDLR). Tout cela nécessite des études complémentaires sur les coûts et les recettes mais aussi des débats », indiquait le Secrétaire d’État aux Transports à nos confrères. De même, l’axe Dijon-Marseille lui viendrait de Metz, Strasbourg, Rouen ou Lille pour éventuellement s’achever à Nice. Les quatre grandes lignes pourraient voir le jour à partir de 2025 (jusqu’à 2030) mais le calendrier est encore fragile.

Du côté du collectif « Oui au train de nuit » , c’est une petite victoire, « ce revirement de la part de l’État et de la direction de la SNCF ». « Le train de nuit est à la fois très pratique, très adapté aux professionnels, et écologique avec un bilan carbone meilleur que les lignes aériennes intérieures. Et puis, cela permet une desserte fine des territoires », souligne le Lyonnais Jean-François Billerot, membre du collectif.

Charger plus par factodocteur
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

Cession de Lapeyre : stop à la vente à la découpe du patrimoine industriel français

Des milliers d’emplois menacés, la perte d’un savoir-faire vieux de presque cent ans. C’es…