Début Economie Les Gilets jaunes s’intéressent au référendum d’initiative partagée mais espèrent toujours obtenir le RIC

Les Gilets jaunes s’intéressent au référendum d’initiative partagée mais espèrent toujours obtenir le RIC

6 minutes lues
0
0
186

Les Gilets jaunes espèrent que le référendum d’initiative partagée (RIP), que plusieurs élus souhaitent convoquer contre la privatisation d’Aéroports de Paris, leur permettra d’obtenir, à terme, le référendum d’initiative citoyenne qu’ils réclament depuis le début du mouvement.

Le référendum d’initiative partagée (RIP), que des parlementaires veulent déclencher avec des soutiens citoyens contre la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP), plaît aux Gilets jaunes. Alors que 185 signatures sont requises, les parlementaires ont déposé une proposition de loi référendaire avec 248 signataires, issus de 11 groupes dans les deux chambres. Elle devra maintenant franchir un véritable parcours d’obstacles : être validée par le Conseil constitutionnel puis signée par 10% du corps électoral (soit 4,5 millions de citoyens) pour déclencher le référendum.

Depuis mardi et l’annonce par le porte-parole des députés PS Boris Vallaud de sa volonté de déclencher cette initiative inédite en France depuis sa création en 2008, le sujet est très commenté sur les groupes Facebook des Gilets jaunes et ce n’est pas un hasard. Le RIP se rapproche, dans l’esprit, du Référendum d’initiative citoyenne (RIC) qu’ils réclament depuis les premières semaines du mouvement et répond en partie à leur volonté d’être mieux entendus par le gouvernement.

Un sondage écrasant sur le groupe d’Eric Drouet
Dans un sondage publié sur le groupe d’Eric Drouet, « La France en colère!!! », cette procédure de référendum d’initiative partagée recueille un soutien écrasant.

Capture
(Capture d’écran Facebook)
Jeudi en début d’après-midi, un peu plus de 12 heures seulement après sa publication, près de 10.000 personnes s’étaient déjà dites favorables au « lancement du Référendum d’Initiative Partagée sur la privatisation d’ADP », une centaine de votants seulement se disant contre.

Maxime Nicolle y voit « un test pour le RIC »
Dans une vidéo diffusée en direct mardi soir sur son groupe Facebook, Maxime Nicolle s’est félicité de cette initiative, dont il a parlé pendant près de 30 minutes. Même si le Breton considère que le référendum d’initiative partagée, de par la complexité des conditions qu’il requiert, est un « enfumage », il estime que les Gilets jaunes doivent se mobiliser pour fournir les 4,5 millions de voix nécessaires au déclenchement du référendum. « C’est un test pour le RIC », a-t-il affirmé, considérant que les Gilets jaunes doivent « jouer le jeu » du RIP pour espérer arriver à leurs fins.

« Ce RIP, si on n’y participe pas, on n’aura pas de RIC et pas les moyens de dire qu’on veut le RIC », a-t-il répété dans sa vidéo, soutenu par de nombreux Gilets jaunes dans les commentaires. « On doit montrer qu’on est motivés […] il y a une opportunité, une porte qui s’ouvre », a-t-il estimé.

Le leader du mouvement a lui aussi créé un sondage dont les résultats sont très favorables au RIP (plus de 11.000 voix pour et une centaine contre) et il espère que les Gilets jaunes pourront surfer sur cette nouvelle actualité pour remobiliser dans les semaines qui viennent. Une grande mobilisation est notamment annoncée pour le 20 avril prochain.

Charger plus par factodocteur
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

«M. Le Premier ministre, vous combattre, c’est faire notre devoir»

Le mercredi 12 juin 2019, Jean-Luc Mélenchon répondait au discours de politique générale d…