Début Economie La Bourse de Paris devrait souffler après sa forte hausse

La Bourse de Paris devrait souffler après sa forte hausse

7 minutes lues
0

La Bourse de Paris est attendue en baisse à l’ouverture mercredi, au lendemain d’u bond de 2,41%, l’optimisme sur un accord pour un plan de relance au Congrès américain ayant été refroidi au cours de la nuit.

Le contrat à terme sur le CAC 40 reculait de 0,45% une quarantaine de minutes avant l’ouverture de la séance. L’indice avait bondi de 2,41% mardi. Le Royaume-Uni a dévoilé mercredi une chute très importante de son PIB au 2e trimestre, de 20,4%.

« Les indices européens devraient ouvrir en baisse ce matin dans le sillage de la clôture des marchés américains et de la prise des bénéfices des investisseurs sur les valeurs technologiques notamment », estime John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud.

Wall Street s’est retournée en fin de séance mardi. L’indice vedette, le Dow Jones Industrial Average a perdu 0,37% et le Nasdaq, à forte coloration technologique s’est enfoncé d’un peu plus de 1,69%, sa plus forte baisse en 5 mois note M. Plassard.

« Les commentaires pessimistes de Mitch McConnell, le leader républicain du Sénat américain, sur la perspective imminente d’un accord sur un plan de relance, pourraient bien avoir joué un rôle » dans ce retournement, pointe Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

Les marchés attendent avec optimiste depuis le début du mois un accord sur le plan de relance au Congrès mais cet espoir « semble aujourd’hui un peu prématuré ».

La Maison Blanche et les démocrates continuent de se rejeter la responsabilité de deux semaines de discussions tendues à l’approche de la présidentielle.

Les quatre décrets signés par Donald Trump samedi, prolongeant certaines mesures d’aide pour les personnes touchées par les répercussions économiques de la pandémie, risquent d’être contestés en justice puisque c’est au Congrès que la Constitution américaine confère la plupart des décisions budgétaires du pays.

Le Covid-19 continue de peser sur la vie économique, tandis que l’inquiétude sur une possible seconde vague grandit dans de nombreux pays d’Europe. Les marchés sont aux aguets des avancées des vaccins, dont la diffusion réduirait l’impact économique du virus.

A la surprise générale, la Russie a annoncé mardi avoir développé le « premier » vaccin et son intention de le produire dès septembre, alors que les essais ne sont pas terminés. Cette annonce a été accueillie avec prudence par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a rappelé que la « pré-qualification » et l’homologation d’un vaccin passaient par des procédures « rigoureuses ».

Dans la soirée, le président américain Donald Trump a de son côté annoncé un contrat de 1,5 milliard de dollars pour la livraison de 100 millions de doses du vaccin expérimental de la biotech américaine Moderna, le sixième contrat de ce genre depuis mai.

L’espoir d’un vaccin dans les mois à venir a contribué au regain des actions des valeurs industrielles et cycliques, les plus sensibles à la conjoncture, mais a pesé sur les valeurs qui ont le mieux résisté à la pandémie, comme celles des entreprises technologiques, ou encore sur l’or, dont l’once est retombé sous les 1.900 dollars l’once après avoir dépassé les 2.000 dollars au début du mois.

Au niveau des indicateurs, la journée s’annonce calme, avec seulement l’indice des prix à la consommation aux Etats-Unis en milieu de journée. Les marchés scruteront également le discours de patron de la Réserve fédérale de Dallas, Rob Kaplan, prévu en fin de séance européenne.

Charger plus par factodocteur
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

Coronavirus : « 21 départements en zone rouge…le virus progresse » : les déclarations de Jean Castex

Ce jeudi à 10h30, une conférence de presse du Premier ministre Jean Castex était organisée…