Début Economie HOP Air France : les suppressions de postes enfin détaillées ?

HOP Air France : les suppressions de postes enfin détaillées ?

4 minutes lues
0

Un nouveau CSE de la compagnie aérienne HOP se tient ce matin à Nantes, qui devrait voir la maison-mère Air France confirmer la suppression de 1007 postes, la fermeture des bases hors Paris et Lyon ainsi que celle des sites de maintenance de Lille et Morlaix.

Prévues dans le cadre d’une réduction de 40% du réseau domestique français d’ici la fin de l’année prochaine et de la baisse d’activité de la filiale régionale face à la pandémie de Covid-19, les suppressions de postes chez HOP seront au cœur du cœur du Comité économique et social (CSE) ce 12 aout 2020 au siège de Nantes. Fin juillet, Air France annonçait vouloir supprimer 317 postes de pilotes et copilotes, 286 d’hôtesses de l’air et stewards, et 404 postes d’employés au sol – soit 1007 postes sur les 2480 salariés que compte HOP. Le plan global de départs volontaires du groupe français porte sur 7580 postes d’ici fin 2022.

Ces suppressions de postes devraient intervenir à partir du début 2021, et se faire via des plans de départ volontaires, des accords de rupture conventionnelle collective (comme chez les pilotes par exemple), et surtout le non remplacement des départs naturels qui pourrait concerner la moitié des postes visés. Et ce sans départ contraint selon le gouvernement, qui a fourni à Air France une aide d’Etat à hauteur de 7 milliards d’euros – même si le CEO de HOP Pierre-Olivier Bandet reconnaissait que si un sureffectif persiste des « départs contraints » étaient envisageables à l’horizon 2023.

Née en 2013 de la fusion des compagnies Brit Air, Régional et Airlinair, HOP va voir son réseau réduit à deux bases, à Paris-CDG et Lyon-Saint Exupéry, et sa flotte diminuée à une trentaine d’avions. Les besoins de maintenance étant automatiquement abaissés, les sites de Morlaix et Lille seront eux aussi fermés d’ici fin 2022. L’activité domestique d’Air France a perdu 200 millions d’euros l’année dernière ; une partie va être reprise par la filiale low cost Transavia, en particulier à l’aéroport d’Orly.

Rappelons qu’Air France-KLM prévoit une réduction structurelle de la capacité du groupe qui devrait atteindre au moins 20% d’ici la fin de l’année prochaine par rapport aux niveaux d’avant la crise sanitaire.

Charger plus par factodocteur
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

Coronavirus : « 21 départements en zone rouge…le virus progresse » : les déclarations de Jean Castex

Ce jeudi à 10h30, une conférence de presse du Premier ministre Jean Castex était organisée…