Début Economie Budget : Contre-budget pour répondre à l’urgence !

Budget : Contre-budget pour répondre à l’urgence !

12 minutes lues
0
0
74

Depuis le début du quinquennat, les réformes mises en œuvre par Emmanuel Macron n’ont eu de cesse d’accroître les inégalités et de détruire les services publics. Les 0,1 % des Français les plus riches ont empoché en moyenne 23 073 euros par an, tandis que le taux de pauvreté a atteint un niveau record de 14,7 % en 2018. Les cadeaux fiscaux pour les contribuables les plus fortunés et les grandes entreprises sont financés par la casse des services publics, qui pénalise en premier lieu les citoyens les plus précaires. En outre, ces derniers ne bénéficient d’aucune des baisses d’impôts décidées par l’exécutif, mais voient leurs aides sociales non revalorisées au niveau de l’inflation. Ce sont les grands oubliés de ce quinquennat !

Comme les précédents, ce budget 2020 met complètement de côté l’urgence écologique. La diminution des effectifs du ministère de la Transition écologique et de ses opérateurs se poursuit pour atteindre un total effrayant de 3 500 postes supprimés en trois budgets Macron ! Et aucun investissement massif n’est consenti pour rendre notre modèle plus durable.

Cet été, Bruno Le Maire déclarait au micro de France Inter : « Un capitalisme qui conduit à l’accroissement des inégalités et à l’épuisement des ressources de la planète ne mène nulle part ». C’est pourtant exactement le résumé de son budget 2020 : réduction de la solidarité et austérité dans le domaine de l’écologie !

Des mesures d’urgence qui permettront de changer le quotidien des gens.
La France insoumise entend montrer qu’elle est prête à gouverner et à proposer des budgets sérieux, permettant de sortir de la crise sociale et écologique que traverse notre pays. Elle l’a prouvé depuis deux ans par l’ensemble des amendements déposés, mais également par les deux précédents contre-budgets. Cette année, le groupe parlementaire a voulu mettre l’accent sur douze urgences. Bien sûr, ces dernières devront s’inscrire dans un cadre global de transformation. Mais cela permet de démontrer comment les choix budgétaires peuvent avoir des impacts très concrets sur le quotidien des gens.

Agir vite pour sauver des vies

Des vies humaines sont en jeu. En effet, par sa politique de coupes budgétaires, le gouvernement sape les maillons essentiels à la protection de la population. Pompiers, services des urgences, forces de sécurité intérieure, tous les secteurs sont concernés par le manque de personnel et de moyens. Le 6 mars dernier, une femme de 73 ans a succombé à une crise cardiaque aux urgences de Reims après 2 h 20 d’attente. Et ce n’est malheureusement qu’un exemple des conséquences concrètes de ces coupes budgétaires. La France insoumise demande donc le recrutement de 10 000 équivalents temps plein sur tout le territoire pour les services des urgences des hôpitaux. A cela s’ajouteront des recrutements massifs pour les services des pompiers (+ 16 000 postes) et la police et la gendarmerie (+ 10 000 postes). Une enveloppe de 200 millions d’euros devra également être dédiée à un vaste plan de rénovation et d’achat d’équipement.

En outre, le budget de la prévention des risques ne cesse de diminuer alors que le nombre d’accidents industriels a augmenté de 34 % en seulement deux ans. L’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen a révélé l’importance de ce sujet, mais aussi les limites de la politique menée en France. Il faut d’urgence réembaucher des inspecteurs et surtout cesser l’austérité dans ce domaine !

Mais ce n’est pas tout. En France, en 2019, près de 2 000 personnes continuent à mourir « de la rue » chaque année. La France insoumise propose donc de construire immédiatement 38 000 places supplémentaires en Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale. Cela devra s’accompagner d’un vaste plan de construction de 200 000 logements vraiment sociaux.

L’Etat doit aussi garantir la dignité de l’accueil des personnes migrantes. Pour cela, il faudrait construire immédiatement 40 000 places supplémentaires d’hébergement d’urgence, augmenter la participation de l’État à la mise à l’abri des mineurs isolés et augmenter l’aide aux associations de sauvetage, d’accompagnement et d’accueil des migrants.

Enfin, plus d’un milliard d’euros devra être injecté pour lutter contre les violences faites aux femmes. Cela passera par le développement de la formation continue, l’accompagnement des associations et le développement de dispositifs spéciaux (soins, accès aux dispositifs juridiques, etc.).

L’urgence sociale et écologique n’attend pas.
En France, le bâtiment représente 45% de la consommation énergétique et un quart des gaz à effet de serre. On compte 7,5 millions de « passoires thermiques ». Le contre-budget insoumis propose donc de lancer un vrai service de la performance énergétique : 5 000 fonctionnaires qui accompagneront les ménages dans la rénovation de 700 000 logements !

En outre, l’accès à l’eau serait rendu gratuit pour la consommation indispensable à la vie. Pour réduire les usages abusifs, la tarification deviendrait ensuite progressive ce qui contribuerait aussi au financement de cette mesure. Des systèmes similaires pourront être mis en place pour le gaz et l’électricité.

Pour replacer le train au cœur de sa stratégie de déplacements, les députés de la France insoumise proposent, entre autres, de rendre les 1 000 premiers kilomètres de train gratuits pour tous !

Enfin, ils prévoient que l’Etat français respecte ses engagements internationaux en matière d’aide publique au développement : atteindre 0,7 % de notre Revenu National Brut, avec une première étape à 0,5 % dès 2020.

Un pays ne peut avancer sans culture ni éducation.
Malgré la soi-disant priorité affichée par Emmanuel Macron, l’Éducation nationale n’est malheureusement pas en reste. Parmi de nombreuses réformes à mettre en place, la France insoumise propose notamment d’élargir drastiquement les décharges pour les directeurs d’école. En outre, le contre-budget donne aux accompagnants d’élèves en situations de handicap (AESH) une vraie place dans notre système éducatif, en titularisant les précaires actuels et en recrutant massivement.

Enfin, pour sortir les artistes auteurs de la précarité et leur donner un véritable statut social qui reconnaîtrait l’importance de leur activité dans la construction de nos sociétés, un fonds national de soutien à la création artistiques de 400 millions d’euros est proposé.

Loin de la vision néolibérale de ce gouvernement, ce contre-budget prouve qu’en partant des besoins réels de la population et en faisant des choix budgétaires au bénéfice de l’intérêt général, il est possible d’améliorer vraiment le quotidien des Français !

Charger plus par factodocteur
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

ADP : le million est atteint, vite, un référendum !

Grâce à la mobilisation des militants politiques, associatif et syndicaux, la procédure de…