Début Economie Bateaux dans la darse de la Confluence : un petit tour et puis s’en vont

Bateaux dans la darse de la Confluence : un petit tour et puis s’en vont

5 minutes lues
0

Installés illégalement depuis samedi au cœur de la darse de la Confluence, la Fiancée du pirate et le Porto Mare sont partis ce lundi-midi. Ce qui ne les empêche pas de dénoncer un système opaque durant la saison hivernale de la halte fluviale… où les bateaux devraient rester à quai.

Moustache s’applique à enlever l’amarre de la Fiancée du Pirate. Derrière lui, Aurélie range le pont du bateau et Angelo prépare les manœuvres. Arrivé ce samedi dans la darse à l’occasion de l’opération Coup de Balais, la Fiancée du Pirate mais également le Porto Mare ne sont pas restés très longtemps. Ce lundi, vers 14 heures, ils quittent tranquillement le quai, sous le regard des responsables de la Métropole venus contrôler le lieu.

Chacun retourne là où il était avant leur installation illégale de ce week-end.

« On voulait marquer le coup » explique Angelo de la Fiancée du pirate « mais également faire quelques réparations après la tempête qui a abîmé le bateau dans la nuit du 20 au 21 octobre. Notre amorce a cassé et nous sommes un bateau plat… on n’est pas fait pour essuyer des grains ! »

REFUS DES DEUX RECOURS GRACIEUX

Les deux bateaux qui sont habitués à s’installer pour hiverner dans la halte depuis 2014 et 2016 viennent tous deux de recevoir un avis négatif suite aux recours gracieux qu’ils ont intentés auprès de la Métropole. Ils ne pourront donc pas rester dans la darse, comme ils le faisaient les années précédentes. Et s’ils ont également appris qu’en 2022 ils pourraient s’installer dans le port de Anse, comment faire d’ici là ? « On demande simplement un hiver de plus » explique Aurélie. « Là, on est resté moins de 72 heures, un peu comme si la halte fluviale fonctionnait. On ne voulait pas s’y installer ».

Un véritable imbroglio qui dure depuis près d’un mois. Car ce qui agace à juste titre les deux bateaux, c’est que la halte fluviale est fermée… ce qui n’empêche pas les bateaux de passage de s’arrêter quelques jours comme si elle fonctionnait et de se brancher sur l’eau et l’électricité. « L’an passé on a comptabilisé 300 nuitées, on a pris le nom des dizaines d’embarcations qui auraient dû être verbalisées. Or, c’est clairement écrit : durant la période hivernale, elle est entièrement consacrée au stationnement de longue durée. Nous souhaitons justement rester là, à quai durant la période d’hiver et payer la redevance. Finalement quels sont les bateaux qui sont le moins en règle » interroge-t-elle.

Charger plus par factodocteur
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

Métro B : objectif printemps 2021 pour les rames sans conducteur

Depuis 2018, les travaux s’enchaînent sur la ligne B du métro (Gare d’Oullins – Char…