Début Economie Baguette à Bicyclette vise une levée de fonds à 600 000 €

Baguette à Bicyclette vise une levée de fonds à 600 000 €

5 minutes lues
0

Baguette à Bicyclette, concept de livraisons de pains et petits-déjeuners en mode durable initié par Caroline Faucon et Déborah Libraty, gagne du terrain, notamment auprès des entreprises. Un axe que les deux créatrices, qui veulent initier un tour de table début 2020, entendent creuser.

Lorsqu’elles ont enfourché leurs vélos pour la première fois afin de livrer leurs premières baguettes, elles sont un peu parties à l’aventure et à l’abordage d’un nouveau marché. Elles ont depuis tracé leur route entrepreneuriale.

En amatrices de challenges, Caroline Faucon et Déborah Libraty, 32 ans, amies de longue date, ont trouvé l’idée de Baguette à Bicyclette (Lyon 6e) à l’issue d’un week-end start-up. Une phrase anodine prononcée au cours d’une discussion bouleverse leur destin : elle porte sur un souhait, celui « de se faire livrer du bon pain frais demain matin ». L’idée fait tilt.

L’auto-entreprise devient une vraie société

La DG Déborah, qui est alors chef de projet pour un assureur (elle travaille aujourd’hui, en parallèle de Baguette à Bicyclette, dans la transformation digitale) et Caroline, qui a déjà connu l’aventure entrepreneuriale après avoir quitté l’école à 16 ans, repris des études avec le Cned, passé de nombreux diplômes jusqu’à un Master entrepreneuriat à l’EM Lyon, sont deux fonceuses.

Elles testent le concept en 2017 , achetant du pain, deux sacs de nautisme orange et sillonnant les routes à coups de pédales. « En février 2018, c’est là où tout a commencé, d’abord avec les particuliers », raconte Caroline Faucon. La livraison de pain s’étend aux petits-déjeuners (que l’on peut commander sur un site 7/7). L’auto-entreprise devient une vraie société.

Une duplication envisagée à Bordeaux

« Au départ, seuls deux arrondissements étaient concernés », ajoute-t-elle, « puis on s’est étendu ». Lyon, Caluire, Villeurbanne pour les particuliers, le Grand Lyon pour les entreprises, qui sont vite entrées dans la boucle. « Le panier moyen est à 23 euros […]. On achète les produits chez des artisans à Lyon en s’appuyant sur de la qualité », souligne encore Caroline Faucon, « nous avons deux biporteurs et un triporteur ». Et une voiture électrique, pour soutenir notamment la logistique.

Une démarche responsable qui séduit de plus en plus d’entreprises clientes : « Il y a une montée en puissance. Elles représentent 60 % du chiffre d’affaires ; les appart-hôtels pèsent pour 25 % et les 15 % restants sont constitués par les particuliers ». Baguette à Bicyclette, qui fonctionne avec 3 équivalents temps plein, a doublé son CA en 2019 avec plus de 150 000 euros, et n’entend pas stopper sa route. « Nous entendons lancer une levée de fonds de 600 000 euros début 2020, pour continuer le développement sur Lyon, structurer l’équipe, trouver une appli pour nous aider dans la partie logistique, surtout pour les entreprises ».

Un levier BtoB qui sera davantage activé avec le lancement en 2020 d’un site dédié. Baguette à Bicyclette envisage par ailleurs de dupliquer le concept, à Bordeaux (avec une équipe dédiée), « une ville à taille humaine, où se déplacer à vélo est assez facile ». Une manière de changer de braquet.

Valérie BRUNO

Charger plus par factodocteur
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

Climat, Gloria, plastiques : penser la catastrophe écologique

Dans cette 104e Revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon revient sur la tempête Gloria qui …