Début Economie Avec Hume, l’ordinateur de demain est lyonnais

Avec Hume, l’ordinateur de demain est lyonnais

6 minutes lues
0
0
113

À vingt ans, deux Lyonnais lancent une technologie révolutionnaire : utiliser la puissance d’un serveur délocalisé comme ordinateur. Une solution qui permet d’avoir une machine surpuissante… uniquement quand on en a besoin. Explications.

Ils ont tout juste vingt ans. Pierre Storaci et Victor Ducoulombier sont deux « techos » lyonnais -surnom des techniciens en informatique- passionnés par la bidouille, qui partagent la même passion pour les ordinateurs depuis des années. De leurs premiers essais en réseaux, dans une cave alors qu’ils sont encore au lycée, au lancement de la version bêta de leur solution Hume, quatre ans se sont écoulés.

Quatre années qui leur ont permis de grandir, mais aussi de tester et de développer chez 1Kubator – qui ont cru en leur projet – une solution assez révolutionnaire : utiliser la puissance d’un cloud, c’est-à-dire d’un serveur, pour faire fonctionner à distance un ordinateur.

PERPÉTUEL APPRENTISSAGE… DANS UN GARAGE

« Depuis toujours on veut aider les personnes qui nous entouraient » explique Victor. « Notre première idée date de 2015. Elle nous est venue en discutant avec mon boulanger à l’époque, qui avait perdu toutes ses données. C’était de proposer un système de sauvegarde, mais qui serait une réplique exacte du disque dur, mais très compressée et avec mise à jour en temps réel ».

Du coup, ils achètent de vieux serveurs et les installent dans une cave et réussissent leur pari en trois mois…

Une fois le projet réalisé, ils passent à une clé USB qui leur permettrait de travailler de manière intégrale, sur n’importe quel ordinateur, avec leurs propres logiciels…

« Évidemment, à l’époque, ce n’était pas très légal, mais notre idée n’était pas du tout de commercialiser quoi que ce soit ! Non, nous sommes deux passionnés en perpétuel apprentissage, qui cherchaient à comprendre comment un ordinateur fonctionnait ».

Rapidement, ils comprennent que leur force, c’est leur complémentarité. Des nuits entières dans un garage à réfléchir sur une petite bidouille, ça crée des liens ! « Pierre, c’est 10 ans de programmation, un as du codage. Mais pour commencer à coder, il faut démonter puis maîtriser l’outil et réfléchir sur la globalité du projet, et ça, c’est plus ma partie » rajoute Victor.

Un ordi surpuissant… et délocalisé

Après ces premières expériences, ils constatent les limites de l’informatique actuelle : les ordinateurs achetés par le public sont le plus souvent surdimensionnés. « En fait, un ordi qui dépote, ça coûte très cher et on n’avait pas les moyens. De plus, on a rarement besoin d’une machine puissante, ou alors pour une utilisation spécifique, à un moment précis. Nous avons donc décidé de créer l’informatique grand public… mais entièrement délocalisée. L’ordinateur personnel n’étant qu’un support pour utiliser l’ordinateur virtuel… qui peut être du coup sans limite, en fonction des besoins ».

Une idée -utiliser un serveur- qui existe déjà pour les joueurs avec Shadow mais pas pour les professionnels qui peuvent avoir des besoins gourmands, notamment pour la vidéo ou la 3D. Les voilà donc qui proposent donc depuis quelques semaines, via un logiciel pour le moment, un ordinateur délocalisé qui fonctionne par abonnement (lire ci-dessous) et quasi sans limites au niveau de la puissance. Les testeurs ne se sont d’ailleurs pas fait prier et depuis quelques semaines, ce sont plus de 3 500 utilisateurs qui recherchent les limites du concept. Le grand public peut d’ailleurs désormais s’inscrire pour tester prochainement la version bêta…

Charger plus par factodocteur
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vérifiez également

Hôtels lyonnais ciblés sur Internet: les taxis assument

Au moins deux hôtels lyonnais ont été victimes d’une vague de commentaires péjoratifs sur …